Just do it…bilan après 1 an de fitness

Je vous retrouve aujourd’hui avec un article « bien être » qui me tient particulièrement à cœur car il concerne le SPORT ! En fait depuis ma tendre enfance, je suis « allergique » au sport, je n’ai jamais aimé ça, rien que l’idée de transpirer me dégoûtait ! Obligée par mes parents à pratiquer une activité sportive, je n’ai pas eu le choix que de battre en retraite et d’en essayer plusieurs en me disant que je tomberai bien sur celui qui me donnerai le goût de l’effort ! En passant par le tennis puis le basket, je pense que c’est la danse « moderne/jazz » qui m’a vraiment le plus épanouie. L’âge de la majorité ayant sonné, j’ai décidé de tout arrêter !

sport

En 2014, à 29 ans, un an après la naissance de notre deuxième enfant, j’ai décidé que malgré une silhouette longiligne, il fallait que je fasse quelque chose point de vue fermeté car 2 grossesses ça laisse des traces même si je n’ai pas à me plaindre, j’ai toujours perdu mes kilos de grossesse et j’ai le même poids depuis 8 ans. Ma motivation et moi même avons fait un pacte celui de dire adieu aux capitons logés sur les cuisses, les fesses, et même si il m’accompagne depuis mon enfance, il est grand temps de dire au revoir à mon « petit bidou ». La première étape à été celle de trouver une salle dans laquelle j’allais pouvoir évoluer à mon rythme et me sentir à l’aise. Une fois celle ci trouvée, j’ai pu rencontrer un coach avec lequel on a fixé des objectifs atteignables doucement mais sûrement ( sans me dégoûter ). Le premier jour est vraiment dur, on a des courbatures partout les jours qui suivent mais en y allant 1h par jour, j’ai trouvé le rythme et la sensation de bien être qui t’envahie juste après une séance et tellement addictif. En pratiquant une activité sportive régulière notre corps sécrète de l’endorphine: « C’est un groupe de neurotransmetteurs dont la structure ressemble fortement à celle de la morphine. Ces puissants anti-douleurs procurent une source de plaisir autorisant ainsi la poursuite de gros efforts et l’euphorie, elles font disparaître ainsi les symptômes des coups de blues. Ce sont les sports de cardio qui en produisent le plus. Pratiqués pendant 30min à un rythme ni facile ni dur, ces sports amènent un taux très élevé d’endorphine ! » ( source Fitnext ). Après 6 mois mon corps s’est raffermi mais je n’avais pas encore atteint l’objectif que je m’étais fixé. L’été est arrivé nous avons dû déménager du coup je n’ai pas prit le temps de m’y remettre.

En septembre 2015, après la rentrée des enfants je me suis dit que c’était le bon moment pour reprendre ! La salle n’a pas été dure à trouver, j’ai choisit celle qui était la plus proche de chez nous, histoire que ça me motive encore plus et l’esprit familial qui y règne on finit par me convaincre que c’était la bonne. Je trouve que c’est important de se sentir à l’aise quand on fait du sport. C’est pour moi un moment de lâcher prise, celui où je suis en mode « pause » pendant les 45 mins de cours qui vont suivrent. Je pratique les cours collectifs suivant : FAC (Fesse/abdos/cuisses), CX works, body pump et sinon je fais du cardio sur vélo suivi d’une séance d’abdos et gainage ( toujours 45 mins ). En octobre, j’ai fêté ma première année complète de sport et vous imaginez bien maintenant à quel point c’est un miracle pour la non sportive que j’étais. A l’heure d’aujourd’hui je ne pourrai plus m’en passer c’est devenu vital ! Mon corps a changé les capitons sont beaucoup moins présents, mon ventre est plus plat et mes cuisses sont plus fermes qu’avant ! J’ai retrouvé une nouvelle énergie, et mon mental est plus fort. Je fais également attention à mon alimentation même si je fais régulièrement des écarts mais sans culpabiliser car je me précipite le lendemain à la salle pour tout éliminer. Pour ceux qui souhaitent perdre du poids, il faudra bien entendu passer par la case « rééquilibrage alimentaire » car si on consomme autant ou plus que l’on ne dépense on ne choc pas le corps et on ne perd pas de poids. J’en ai eu besoin il y a quelques mois et j’en ai parlé dans un article ( Comment perdre 4 kilos en 4 semaines ).

A ceux qui hésitent encore je ne peux que vous encourager à vous lancer car si j’y suis arrivée c’est à la portée de n’importe qui ! Il faut juste un soupçon de volonté, le reste suivra J’espère que cet article vous a plu.